• 15/06/2017

    Rencontre avec Françoise Joly à Expertise France

  • 18/04/2017

    Média training pour Res Femina

  • 08/03/2017

    Ravivage de la Flamme sous l'Arc de Triomphe
    Visite du Tribunal de Commerce de Paris

  • 23/02/2017

    Res Femina reçoit Sophie Hatt

  • 26/01/2017 à 19h

    Voeux Res Femina
    Partenaire Société Générale

  • 01/07/2016 à 19h

    Dîner autour de Linda Bortoletto
    lire la suite

  • 09/02/2016 à 16h

    Réception au Tribunal de Commerce


  • le 21/09/2017 :

    Le Rallye de la République 2017

  • le 01/10/2016 :

    Le 1er Rallye de la République
    lire la suite

  • le 24/05/2016 :

    Collège des Bernardins : Rencontre avec une théologienne
    lire la suite

  • le 08/03/2016 :

    Res Femina célèbre la journée des droits des femmes
    lire la suite




OFI Asset Management Agence internet – Nexi Conseils Expression Conseil Société Générale


Télécharger
le dossier partenaire
Res Femina,
Pourquoi ?

Les experts en prospective, commentateurs et autres acteurs de la vie politique, se rejoignent sur un constat : depuis plusieurs années les jeunes générations de femmes manifestent un désintérêt caractérisé à l’égard de l’engagement politique en particulier.

Depuis quelques années, la place des femmes dans la société a considérablement évolué.
Aux longs et difficiles combats pour les droits civils et politiques, a succédé un cadre législatif et règlementaire qui, pour n’être pas parfait, a néanmoins permis à de nombreuses femmes de s’investir dans l’entreprise, l’administration, l’action associative, la vie politique.

Or à ce jour, les femmes sont toujours sous-représentées :

  • 26,9% des députés et 22,1% des sénateurs,
  • 13,8% de l’ensemble des maires, 10,4% des élus cantonaux,
  • 13,9% des conseillers généraux.

La parité représente, certes, une évolution considérable, mais la présence des femmes sur les listes ne doit se justifier que par leur compétence et non pour leur genre ou sur le principe de discrimination positive.

Res Femina,
pour contrer l’éclipse annoncée des femmes en politique, pour éviter leur effacement progressif des milieux de pouvoir, dans l’intérêt des femmes, pour leur liberté, mais aussi et surtout dans l’intérêt de la société toute entière.

Res Femina,
parce que les femmes sont sans doute moins attirées par le pouvoir et moins carriéristes que les hommes mais plus déterminées dans la cause qu’elles embrassent et plus dévouées à l’intérêt général.

Les artifices législatifs s’ils sont nécessaires aujourd’hui, ne peuvent être que transitoires.