• 15/06/2017

    Rencontre avec Françoise Joly à Expertise France

  • 18/04/2017

    Média training pour Res Femina

  • 08/03/2017

    Ravivage de la Flamme sous l'Arc de Triomphe
    Visite du Tribunal de Commerce de Paris

  • 23/02/2017

    Res Femina reçoit Sophie Hatt

  • 26/01/2017 à 19h

    Voeux Res Femina
    Partenaire Société Générale

  • 01/07/2016 à 19h

    Dîner autour de Linda Bortoletto
    lire la suite

  • 09/02/2016 à 16h

    Réception au Tribunal de Commerce


  • le 21/09/2017 :

    Le Rallye de la République 2017

  • le 01/10/2016 :

    Le 1er Rallye de la République
    lire la suite

  • le 24/05/2016 :

    Collège des Bernardins : Rencontre avec une théologienne
    lire la suite

  • le 08/03/2016 :

    Res Femina célèbre la journée des droits des femmes
    lire la suite




OFI Asset Management Agence internet – Nexi Conseils Expression Conseil Société Générale


Télécharger
le dossier partenaire
Victoria Donda

Enfant volée par des militaires sous la dictature d’Argentine

Parents assassinés, enfants volés le tout orchestré par des militaires venant combattre la dictature argentine ; Victoria Donda est l’une des victimes de ce crime. 33 ans plus tard, elle raconte dans son livre son calvaire…

Brune, le regard ténébreux mais toujours le sourire aux lèvres, Victoria Donda est de la catégorie des  battantes : rebelle dans ses idéaux et engagée dans la politique de son pays.

Son histoire bouleversante commence en 1977 à Buenos Aires où des "bourreaux en uniforme" ont fait accoucher sa mère en cellule quelques heures avant de l’assassiner. Les parents de Victoria étaient des militants politiques de gauche et comme plus de 30 000 de leurs camarades ont payés de leur vie leur engagement. Chacune de ses dictatures fut aidée politiquement, financièrement, logistiquement, par la CIA, sans que jamais le moindre gouvernement des Etats-Unis n'est à rendre de compte devant une cour pénale internationale.

Aujourd’hui, elle connait la vérité et affirme que les militaires accusés d’exaction doivent être punis mais reste néanmoins reconnaissante de l’amour que lui ont porté ses parents adoptifs : « on peut voir en eux des monstres, mais ils n’en sont pas. Mon papa a été mon papa ».

Son combat pour la reconnaissance des enfants disparus lui vaut son engagement en faveur des droits de l’Homme en Argentine. Après des études de droit, elle commence à militer en 1998 dans un parti d'extrême gauche : Venceremos (branche de « Patria libre ») et est élue député en 2007.

Par Colombe Dabas